L’Empathie : outil au service de la relation ou piège relationnel ?

L’Empathie : outil au service de la relation ou piège relationnel ?

Quelle définition donnez-vous l’empathie ?

L’empathie est souvent présentée comme une qualité relationnelle et un prérequis aux métiers, entre autres, relationnels. Pourtant, en y regardant de plus près, y aurait-il une possible ambiguïté à adopter une telle posture dans nos relations personnelles et professionnelles ?

L’étymologie du mot empathie signifie « ce que l’on éprouve en dedans ».

Dans la relation d’accompagnement, ce terme est plus usuellement employé pour désigner « la faculté à s’identifier à quelqu’un, de ressentir ce qu’il ressent ». C’est cette vision de l’empathie que je vous propose d’aborder.

L’empathie permet-elle d’approcher de la vérité de l’autre ou bien de nos propres limites ?

Si l’empathie est une forme de fusion (se mettre à la place de l’autre), alors comment rester à la « bonne » distance ? Et si à l’inverse nous restons à « distance », alors comment être au contact et offrir la chaleur humaine nécessaire à toute relation véritable ?

L’empathie nous permet de ressentir avec précision ce qui se passe en nous et peut nous informer que quelque chose est en train de se passer à l’extérieur. Développer notre empathie est essentielle pour nous positionner de façon juste et appropriée dans nos relations. Cela nous permet de venir au contact de l’autre en enlevant la distance qui nous sépare.

Être au contact, c’est se présenter dans son authenticité et sa vulnérabilité, prêt à être touché par l’autre, sans toutefois se « mélanger » ou se « confondre » avec lui. Adopter cette posture est un cadeau pour l’autre qui, voyant cette posture d’ouverture se sentira invité à s’ouvrir à son tour, et se sentir libre d’exprimer pleinement qui il est sans se sentir jugé ou incompris.

L’empathie vers soi, pour mieux accueillir l’autre

En dirigeant l’empathie vers nous-même pour écouter (« ce que l’on éprouve en dedans »), nous nous rapprochons de qui nous sommes vraiment à cet instant. Dans la relation, poser notre attention sur ce que nous éprouvons intérieurement nous permet d’être plus authentique avec nous-même et, lorsque nous l’exprimons, avec les autres. C’est avoir accès à une information précieuse sur ce que la relation crée en nous pour ajuster au mieux notre posture.

Lorsque nous projetons l’empathie vers l’extérieur, consciemment ou non, nous nous décentrons un temps de nous-même pour nous « brancher » à l’écoute de l’autre. Nous percevons alors certaines émotions présentes chez la personne (ou le groupe). Ces informations sont aussi précieuses pour adapter notre posture et agir de la manière la plus appropriée. Toutefois, la traduction intérieure de ces informations restera complétement subjective puisque que nous la construisons à partir de notre référentiel qui est le reflet de notre propre histoire. Nous pouvons donc uniquement faire des suppositions à propos de ce qui est éprouvé par l’autre.

C’est au moment où nous utilisons l’empathie vers l’extérieur que nous avons besoin d’accroitre notre vigilance pour :

  • Distinguer ce qui est en train de se passer à l’extérieur de ce qui ce que nous éprouvons en nous au même moment afin de ne pas tout mélanger.
  • Remettre à l’autre le soin de préciser ce qu’il éprouve en l’invitant à préciser sa pensée ou son ressenti afin de ne pas l’interpréter.

En effet, sans développer cette vigilance, nous pourrions très facilement confondre nos propres émotions avec celle des autres et vice-versa. De même, nous pourrions avoir l’impression de savoir pour l’autre ce qu’il est en train de vivre / traverser si nous prenons pour acquis l’interprétation de nos ressentis.

C’est souvent lorsque notre vigilance baisse sur l’un de ces deux points que naissent des incompréhensions ou des frustrations dans la relation.

Pour aller plus loin…

M. Thierry Tournebise décrypte avec habileté ces questionnements dans son article Les pièges de l’empathie.

Il y détoure les problématiques de posture, de distance et d’affectivité et évoque avec légèreté les nuances subtiles qui, pour lui, sont essentielles à intégrer dans les métiers d’accompagnants. Un recadrage tout en douceur pour trouver sa juste place dans la relation et offrir à l’autre la possibilité d’Être pleinement lui-même.

Et Vous ?

Quelle vision avez-vous de l’empathie ? Quelle posture adoptez-vous naturellement dans vos relations ? Avez-vous l’impression de ressentir ce que les autres ressentent ? peut-être parfois de vivre ce qu’ils vivent ?

Mon travail est de vous accompagner à trouver cette posture communicante, d’ouverture, où vous êtes attentif et prêt à accueillir l’autre, tout en étant pleinement vous-même.

guillaume herve

Guillaume HERVE est praticien en Maïeusthésie, Coach professionnel et Hypnothérapeute. Impliqué dans différentes association locales, il contribue à démocratiser l'accès pour tous à des accompagnements éthiques et centrés sur la personne.

Laisser un commentaire